Expatriation : 12 conseils essentiels pour bien préparer son départ

0
(0)

Logement, emploi, assurance santé, situation fiscale, vie personnelle… Un projet d’expatriation touche tous les aspects de votre existence et peut donc s’avérer assez intimidant, surtout s’il s’agit de la première fois que vous devez franchir les frontières de la France pendant une période prolongée.

Que vous partiez pour décrocher une opportunité professionnelle, pour poursuivre un cursus universitaire ou tout simplement pour changer de vie, quelques précautions simples vont contribuer à une transition plus douce et sereine pour vous et votre famille. Travel Zen vous présente ci-dessous 12 conseils à suivre pour réussir votre future installation à l’étranger !

Les formalités indispensables avant de quitter la France

conseils démarche administrative expatriation

Papiers, assurance santé ou vaccins font partie des grands classiques du voyage international et sont difficiles à oublier. Pour autant, il est toujours préférable de rappeler certaines évidences.

1) Vérifiez les conditions d’entrée et de séjour

Chaque pays édicte des règles spécifiques quant à l’accueil des ressortissants étrangers.

Au sein de l’Union européenne, et en tant que ressortissant français, vous disposez du droit de séjourner librement dans le pays de votre choix pendant trois mois – une carte d’identité suffit – mais aussi au-delà si vous y exercez un emploi et/ou avez les moyens de subvenir à vos besoins sur place.
Au bout de cinq ans de séjour ininterrompu, vous bénéficiez automatiquement d’un droit de séjour permanent.

expatriation obtention visa

En dehors de l’Union européenne, la plupart des expatriés sollicitant un long séjour doivent soumettre une demande de visa : vérifiez soigneusement la situation dont vous relevez afin de solliciter la bonne catégorie de visa (études, travail, tourisme…), listez tous les justificatifs à fournir et surtout anticipez largement la date de votre départ. L’examen d’un dossier de demande de visa peut en effet prendre plusieurs mois dans le pire des cas !

2) Optez pour une protection sociale de base

Le suivi de vos droits sociaux à l’étranger est naturellement une priorité pour être protégé en cas de maladie grave ou pour continuer à cotiser pour votre retraite. Différentes possibilités s’offrent à vous pour votre assurance maladie de base :

  • Dans les pays de l’Espace économique européen (EEE), vous continuez à bénéficier de la couverture et des remboursements du régime français de sécurité sociale via la carte européenne d’assurance maladie (CEAM), d’une durée de validité de deux ans et à solliciter auprès de votre caisse avant votre départ.
  • Si vous êtes un travailleur détaché à l’étranger, vous continuerez à cotiser à la sécurité sociale française et à bénéficier des mêmes taux de remboursement.
  • Si vous êtes un travailleur expatrié, vous avez la possibilité de vous inscrire volontairement auprès de la Caisse des Français de l’Étranger (CFE), pour continuer à cotiser et notamment accumuler des droits à la retraite. Vous pouvez aussi souscrire une assurance santé privée au 1er euro.

3) Comparez et choisissez une bonne complémentaire santé

expatriation complémentaire santé

Dans chacun des cas décrits plus haut, vous ne serez remboursé que partiellement des frais de santé engagés, notamment dans les pays où les soins sont les plus onéreux et où le ticket modérateur peut atteindre des montants très dissuasifs. La souscription d’une complémentaire santé internationale est donc fortement recommandée.

Un assureur international spécialisé va assumer les montants restant à votre charge en cas de consultation médicale, hospitalisation ou achat de médicaments, mais peut aussi vous apporter des garanties supplémentaires et particulièrement précieuses :

  • Une garantie de rapatriement sanitaire, pour ne rien avoir à payer en cas d’accident ou maladie grave nécessitant votre retour urgent au pays dans un avion médicalisé.
  • Une garantie en responsabilité civile vie privée à l’étranger, qui va indemniser tout préjudice involontaire que vous ou vos enfants pourriez causer à un tiers.
  • Diverses garanties propres à l’assurance voyage comme l’indemnisation d’une annulation de voyage, de la perte ou du vol des bagages, etc.

4) Suivez à la lettre les recommandations sanitaires et vaccins conseillés

expatriation nécessite vaccination

Pour votre propre sécurité mais aussi pour éviter un refoulement à la frontière, mieux vaut prendre connaissance au préalable des différentes recommandations sanitaires de votre pays de destination et notamment de la liste des vaccins conseillés, voire obligatoires. Les exigences les plus courantes incluent le vaccin DTP (diphtérie, tétanos et poliomyélite), le ROR (rougeole-oreillons-rubéole) et les différentes hépatites. Le vaccin contre la fièvre jaune est également un classique des pays d’Asie du Sud-Est.

Les vaccins exigés pour chaque pays sont disponibles sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères, et peuvent être administrés dans un centre de vaccination agréé. N’oubliez pas ensuite votre carnet de vaccination dans la précipitation du départ !

Tout pour s’expatrier en douceur et sereinement

conseil expatriation famille heureuse

Certaines complications sont moins anticipées par les nouveaux expatriés, et peuvent leur causer quelques désagréments.

5) Faites le point sur votre situation fiscale

Un départ prolongé à l’étranger n’est pas sans conséquence sur le plan fiscal. Concrètement, et à compter du jour de votre expatriation, vous ne serez plus résident fiscal français et ne serez donc plus imposé en France que sur les revenus perçus en France, c’est-à-dire non liés à votre activité professionnelle (loyers, revenus des capitaux…).

Une fois installé, n’oubliez surtout pas de remplir votre déclaration de revenu pour l’année précédente, puis les années suivantes si vous continuez à percevoir un revenu en France.

L’existence éventuelle d’une convention bilatérale entre la France et votre pays d’accueil permettra d’éviter tout risque de double imposition de vos revenus.

6) Organisez soigneusement votre déménagement international

expatriation-entreprise déménagement

Un déménagement à l’international suppose des compétences et des certifications professionnelles spécifiques : évitez donc de chercher toujours moins cher si vous n’êtes pas sûr(e) des qualifications de l’équipe qui va prendre en charge tous vos biens. Pour rappel, tout déménagement en dehors de l’Union européenne doit faire l’objet d’une déclaration auprès du service des douanes incluant le listing détaillé des objets, leur valeur estimée et tout document pouvant attester du changement de domicile.

7) Faites-vous connaître rapidement auprès du consulat français

Il existe un registre des Français établis hors de France tenu par chaque consulat à l’étranger. L’inscription à ce registre n’est pas obligatoire mais fortement recommandée, dans la mesure où elle pourrait faciliter certaines démarches par la suite ou encore l’obtention de la protection consulaire.

Vous pouvez bien sûr vous inscrire directement au consulat, mais il est aussi possible d’effectuer cette démarche sur Internet en vous connectant au site service-public.fr

8) Vérifiez la validité de votre permis de conduire et assurance auto

permis conduire expatriation

Si vous comptez conduire un véhicule à l’étranger et hors Union européenne, la validité de votre permis français ne va pas de soi. Dans la plupart des cas, votre titre sera reconnu et vous donnera le droit de conduire sur place pendant trois mois à un an, mais uniquement si vous le présentez accompagné d’une traduction officielle (dans les pays non francophones). Par la suite, il vous faudra faire échanger votre permis sur place ou, si aucun accord de réciprocité n’existe avec la France, repasser l’examen.

L’autre option, plus simple pour les longs séjours, consiste à solliciter avant le départ un permis de conduire international auprès de votre Centre d’expertise et de titres (CERT).

Partir à l’étranger : quelques conseils selon votre situation

Les démarches à réaliser pour s’expatrier peuvent varier selon les spécificités de votre situation personnelle. Voici les cas les plus courants.

9) Vous avez des enfants scolarisés ?

Plusieurs solutions s’offrent à vos enfants pour leur permettre de poursuivre leur scolarité et le cursus d’enseignement français avec un minimum de perturbations.

  • L’inscription à un établissement d’enseignement français à l’étranger, membre de l’agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). Près de 500 établissements sont répartis à travers le monde et notamment dans les plus grandes métropoles.
  • L’inscription à un établissement membre de la Mission laïque française (MLF), autre réseau proposant un enseignement français dans de nombreux pays.
  • À défaut d’établissement proche, enfin, le CNED propose des cursus par correspondance adaptés aux enfants non scolarisés à l’étranger, et ce pour tous les niveaux.

10) Vous recherchez un emploi sur place ?

expatriation recherche emploi

Il est tout à fait possible de décrocher votre premier emploi à l’étranger depuis la France, et cela peut même s’avérer indispensable pour obtenir un visa de travail dans un certain nombre de pays. N’hésitez pas à vous renseigner dans un premier temps sur les principaux sites d’annonces et de recherche d’emploi dans votre pays de destination. En complément, vous pouvez solliciter le réseau Pôle Emploi International, qui regroupe les offres d’entreprises internationales à la recherche de travailleurs expatriés ou ayant une bonne connaissance de la langue française.

Les plus jeunes, de leur côté, peuvent utilement bénéficier de dispositifs spécifiques comme le volontariat international ou bien sûr le programme vacances-travail (PVT). Le PVT équivaut à un droit de séjour d’un ou deux ans dans quelques pays partenaires (dont l’Australie, le Canada, le Japon, l’Argentine…) pour les jeunes âgés de 18 à 30 ans, avec par ailleurs l’autorisation d’exercer un petit boulot sur place.

11) Vous poursuivez des études supérieures ?

Si vous rêvez de partir étudier à l’étranger dans une université prestigieuse, deux voies s’offrent à vous :

  • Bénéficier d’un programme d’échange avec votre établissement d’enseignement supérieur en France, généralement pour un an. Dans ce cas, contactez la direction des relations internationales de votre établissement pour connaître la liste des universités partenaires et les conditions d’admission.
  • Vous inscrire directement auprès d’une université étrangère, pour plusieurs années. Vous devrez gérer vous-même votre inscription et toutes les modalités de votre séjour, dont la souscription d’une assurance santé internationale puisque vous ne serez plus couvert par la sécurité sociale française.

12) Vous prenez une retraite au soleil ?

expatriation senior à l'étranger

Les retraités percevant une pension en France ont naturellement la possibilité de continuer à la percevoir à l’étranger, et sont mêmes nombreux à faire ce choix pour profiter de latitudes plus clémentes. Seules quelques précautions sont à prendre pour éviter les ratés administratifs :

  • Avant le grand départ, signalez votre nouvelle adresse auprès de votre caisse de retraite – et, le cas échéant, votre nouveau RIB si vous changez de compte bancaire par la même occasion.
  • Une fois sur place, vous devrez faire parvenir au moins une fois par an à votre caisse de retraite une preuve de vie, ou « justificatif d’existence ». Le consulat local peut vous assister dans cette démarche.

En qualité de retraité, vous serez toujours enregistré et identifié auprès de la sécurité sociale française, mais devrez sans doute y ajouter une bonne assurance santé internationale couvrant mieux les besoins des seniors.

***

Imbroglio administratif, litige insoluble, bagages introuvables, maladie grave ? Les contrats d’assurance expatrié proposés par Travel Zen peuvent vous couvrir dès le 1er euro et vous venir en aide dans de nombreuses situations. Découvrez dès maintenant nos formules sur mesure.

Autres sujets de notre blog expatriation qui pourraient vous intéresser :

Expatriation : le top 10 des Pays où vous seriez heureux

Prime d’expatriation : Savoir comment la calculer

Prime d’expatriation et feuille d’impôt : comment la déclarer ?

Contrat d’expatriation : expatriés, comment bien le négocier avant son départ ?

Contrat de travail & expatriation : guide complet pour tout savoir !

Déménagement et expatriation : guide complet pour bien préparer son déménagement à l’international !

Tout savoir sur le statut d’expatrié !

Système de notation

Partage réseaux sociaux