Assurance santé expatrié en Allemagne : le guide complet pour bien s’assurer

0
(0)

Pays voisin et membre de l’Union européenne, l’Allemagne offre bien évidemment de nombreuses facilités pour bénéficier d’une parfaite continuité de votre couverture santé en cas d’expatriation pour des raisons professionnelles.

Que vous souhaitiez vous installer seul ou avec votre famille, il est toutefois prudent de bien anticiper la question de votre assurance santé en Allemagne pour éviter les mauvaises surprises ! Allez-vous rester affilié à la sécurité sociale française, ou au contraire être soumis à l’assurance maladie publique allemande ?

Vos revenus vous autoriseront-ils à souscrire une assurance santé privée dès le premier euro ?

Le système de protection sociale outre-Rhin est très différent du modèle français par bien des aspects, qu’il est important de maîtriser et de comprendre dès maintenant.

Comment sélectionner la meilleure assurance santé expatrié en Allemagne ?

Travel Zen vous propose ci-dessous un point complet pour vous aider à faire le choix le plus adapté à votre profil d’assuré.

Quelle assurance santé de base en Allemagne ?

Parmi toutes les formalités administratives à aborder en cas d’expatriation vers l’Allemagne, celle de l’assurance santé n’est pas la moindre et peut être un sujet légitime de préoccupation. Schématiquement, jusqu’à 3 modes d’assurance santé en Allemagne peuvent s’offrir à vous sur place – ou non – en fonction de votre statut et de vos attentes.

1) Rester affilié à la sécurité sociale française

De nombreux ressortissants français conservent le lien avec le système français de protection sociale pendant leur expatriation en Allemagne, notamment s’ils n’envisagent qu’un séjour temporaire. Cela leur permet de profiter des mêmes bases de remboursement des soins médicaux, hospitalisations et médicaments qu’en France.

Les travailleurs détachés rentrent automatiquement et par obligation dans cette catégorie. Ils conservent en effet un contrat de travail de droit français, ainsi qu’un lien organique avec leur entreprise basée en France, qui les rémunère et paie des cotisations sur cette rémunération.

Les travailleurs non détachés, qui exercent leur activité auprès d’un employeur allemand ou à titre indépendant, peuvent également faire le choix de conserver leur affiliation au régime de base français. Il leur suffit pour cela d’adhérer à la Caisse des Français de l’Étranger (CFE), qui leur garantit un niveau de remboursement équivalent au régime de base de la sécurité sociale française.

Outre l’assurance maladie–maternité–invalidité, la CFE peut également être souscrite au titre du risque vieillesse, ce qui vous permettra de continuer à valider vos trimestres de cotisation retraite pendant l’ensemble de votre séjour professionnel en Allemagne.

Attention : dans tous les cas (CFE ou contrat de travail en détachement), la couverture proposée ne dépasse pas le régime de base français et il sera donc nécessaire de souscrire une complémentaire santé, auprès d’un assureur international ou sur place, pour bénéficier d’un bon niveau de remboursement.

2) S’affilier à l’assurance maladie publique allemande

En pratique, et pour les deux premières années de leur séjour en Allemagne, de nombreux expatriés français se contentent de solliciter une carte européenne d’assurance maladie (CEAM) avant leur départ. Ce document, qui peut être obtenu gratuitement auprès de votre caisse française d’assurance maladie, remplit le rôle d’une carte Vitale dans tous les États membres de l’Union européenne, et vous fait bénéficier de l’assurance maladie publique du pays d’accueil, dans les mêmes conditions que les assurés nationaux. Autrement dit, vous profiterez automatiquement de la couverture santé de l’assurance maladie allemande, sans autre formalité à accomplir une fois sur place.

Il est recommandé de demander votre CEAM au moins un à deux mois avant la date prévue du départ. En cas de demande tardive, toutefois, un « certificat provisoire de remplacement » (CPR) pourra vous être fourni en urgence. Attention, il n’est valable que trois mois.

Comme dans le cas précédent, vous n’obtiendrez qu’un remboursement de base, avec un reste à charge potentiellement important pour certains soins et médicaments. La souscription d’une complémentaire santé allemande ou internationale reste donc une précaution incontournable.

3) Profiter d’une assurance privée au premier euro

La dernière possibilité, pour un expatrié français nouvellement arrivé en Allemagne, consiste à souscrire une assurance santé privée « au premier euro », ce qui signifie que l’assureur prendra en charge à la fois le remboursement de base et la complémentaire santé. Cette solution présente l’avantage de la simplicité et se révèle souvent compétitive d’un point de vue tarifaire.

Elle n’est cependant accessible qu’au-delà d’un certain seuil de revenus annuels (voir ci-dessous).

Assurance santé en Allemagne : comment ça marche ?

Le principe de l’assurance santé en Allemagne est celui de la liberté de choix, avec toutefois une distinction fondée sur le niveau de revenu de l’assuré.

  • Si votre revenu brut annuel est inférieur à 59 400 €, vous avez l’obligation d’adhérer à une caisse de santé publique – sachant qu’il existe plusieurs caisses publiques parmi lesquelles vous restez libre de choisir.
  • Si votre revenu brut annuel est supérieur à ce seuil, ou si vous exercez une activité indépendante, vous êtes libre de choisir entre une caisse publique et une assurance santé privée dès le premier euro.

Les caisses de santé publiques

L’assurance maladie publique allemande (Pflichtversicherung) est constituée d’une myriade de caisses, qui partagent des points communs – dont un taux de cotisation unique de 15,5 % et un niveau égal de remboursement des soins – mais aussi de nombreuses spécificités. À la différence du modèle français, qui affilie chaque travailleur à une caisse d’assurance maladie obligatoire en fonction de son activité professionnelle, les assurés allemands sont libres de choisir l’une ou l’autre de ces caisses en fonction des avantages qu’ils peuvent y trouver (consultations gratuites de prévention, remboursement de cotisations…).

Le changement de caisse publique est toutefois encadré. Si vous êtes affilié depuis moins de 18 mois, il n’est possible qu’en cas de hausse du montant des cotisations. Au-delà de 18 mois d’affiliation, vous serez libre de changer de caisse publique à tout moment.

Les assurances maladie privées

Les expatriés français disposant de revenus confortables outre-Rhin, ou qui y exercent une activité indépendante, ont la possibilité de s’émanciper totalement du régime public et de souscrire une assurance santé privée (Zusatzkrankenversicherung) dès le premier euro. Cette solution est généralement à recommander si vous souhaitez un bon niveau de couverture et des tarifs compétitifs, notamment si vous êtes jeune et en bonne santé. Par rapport à une formule associant une cotisation publique et le coût supplémentaire d’une mutuelle, les économies avec une assurance privée dès le premier euro peuvent atteindre 200 à 300 € par mois.

Attention toutefois : les assurés éligibles, s’ils décident de souscrire un contrat privé, ne pourront plus ensuite revenir au régime public, sauf à redescendre sous le plafond de ressources.

Comment bien choisir votre assurance santé expatrié en Allemagne ?

La souscription d’une assurance santé internationale pour un séjour en Allemagne, dès le premier euro ou en tant que mutuelle, vous permet de bénéficier d’un niveau de couverture performant au meilleur prix. Le régime de base de l’assurance maladie allemande présente en effet des carences et insuffisances notoires, avec des restes à charge très lourds dans certains domaines comme :

  • Les soins dentaires (prothèses dentaires et implants, détartrages, interventions de parodontie, traitements raciniens…).
  • L’optique (verres de lunettes, montures et lentilles de contact)
  • Les prothèses auditives
  • Le forfait journalier hospitalier, limité à 28 jours.
  • Les transports en ambulance ou véhicule médicalisé, lorsque le patient choisit un hôpital autre que le plus proche de son domicile.
  • La médecine de prévention
  • Les médecines douces (ostéopathie, homéopathie, acupuncture…).
  • Les indemnités d’arrêt maladie, au-delà de six semaines d’arrêt seulement (contre un an en France).

Le choix d’un assureur santé international, plutôt que d’une assurance privée allemande, vous permet par ailleurs de souscrire une formule tout-en-un incluant non seulement la couverture santé mais aussi par exemple une garantie rapatriement, une assurance en responsabilité civile « vie privée à l’étranger » pour vous et l’ensemble de votre famille, ou encore une protection juridique.

Assurance santé en Allemagne : bon à savoir

Les assurés relevant obligatoirement du régime d’assurance maladie publique en Allemagne n’en profitent pas moins de certains avantages. Renseignez-vous attentivement sur les conditions de couverture proposées par votre caisse. Certaines n’hésitent pas en effet à vous rembourser une partie de vos cotisations si vous participez volontairement à certains programmes ou consultations de prévention auprès d’institutions partenaires. Les montants remboursés peuvent se chiffrer à plusieurs centaines d’euros par an, ce qui n’est pas négligeable. D’autres ne permettent pas un remboursement direct, mais vous attribueront des points à échanger contre différents cadeaux ou avantages.

Si vous relevez d’une caisse publique, gardez également à l’esprit que la souscription d’une complémentaire santé relève de votre seule et unique responsabilité. Certains employeurs proposent une mutuelle d’entreprise, mais cela reste très rare et ne constitue en rien une obligation comme c’est le cas en France. N’attendez donc pas le premier pépin de santé pour vous rendre compte que votre couverture santé est très largement insuffisante, et prenez les devants !

***

De nombreuses possibilités s’offrent aux expatriés français pour bénéficier d’une excellente assurance santé pendant leur séjour en Allemagne. L’essentiel consiste à bien comprendre le statut dont vous allez relever, à anticiper le niveau de couverture souhaité et à sélectionner le bon assureur pour vous accompagner sur place.

Système de notation

Partage réseaux sociaux